Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Extrait gratuit "Powerful : Tome 1" (1/4)

_____________________________________________________________________________

POWERFUL

Tome I : Le Royaume d'Harcilor

_____________________________________________________________________________

CHAPITRE 1 : La tente

Relan, an 12

En ce début de printemps, d'épais nuages gris recouvraient le ciel, laissant s'échapper une fine pluie glaciale. Les larges allées étaient désertes. Deux Gardiens passèrent le long des remparts, leurs chaussures s'enfonçaient dans la boue.

Ils devaient arborer un marquage au dessus des sourcils, un long et fin trait bleu nuit qui parcourait leur front. Ainsi, il était simple de les distinguer du peuple. Ils portaient aussi de longues capes sombres. Ces deux-là longeaient à grands pas le mur de pierre, largement rehaussé depuis que le nouveau roi Relan avait usurpé le pouvoir.

Ce monde n'était constitué que d'un seul grand continent divisé en trois parties. Le royaume d'Harcilor se trouvait au nord-ouest, tandis que le sud n'était constitué que de plaines désertiques. Quant à la partie est, séparée par la mer Karilii, elle était rattachée au sud par une chaîne de montagnes volcaniques très active. Les harcilans vivaient donc isolés, peu nombreux.

À Hierum, la capitale, le peuple résidait principalement dans des cabanes et des tentes, protégées par les murailles. Cependant, l'humidité et le froid perçaient autant au dehors qu'au sein des habitations.

À plusieurs mètres du château, se trouvait une allée où les plus grandes tentes avaient subsisté, plus ou moins intactes. Elles appartenaient aux Gardiens du défunt roi Geldir. Toutes présentaient à peu près les mêmes teintes : brun, auburn et anthracite, et les cloisons étaient renforcées de bois. Les nouveaux Gardiens furent, pour leur part, installés à la place des jardins du château afin d'être au plus près de Relan.

Devant l'une de ces tentes, brune, se tenait un jeune homme. Kaaz avait vingt-quatre ans mais en paraissait plus avec ses traits tirés, son teint blafard et ses lèvres violacées. Il était très grand, les cheveux longs noir de jais jusqu'au bas du dos, et ses yeux bleu clair paraissaient presque blancs par ce temps. La tristesse et la colère se lisaient sur son visage. Il portait une longue cape sombre lui aussi.

Il faisait partie des Silarens, les humains qui possédaient des pouvoirs magiques. Ceux qui n'avaient pas eu la chance d'en disposer à leur naissance étaient appelés Iesilarens.

Ces mots étranges venaient de la première langue parlée sur le continent : le Tystena. « silar » signifiait « puissance », et le préfixe « ie » indiquait la négation. Les Silarens pouvaient se sentir, c'est-à-dire percevoir l'énergie magique les uns des autres.

Kaaz observait les alentours de la tente. Personne ne devait découvrir ce qu'il s'y passait, les Gardiens les premiers. S'ils venaient à connaître ou suspecter les activités intérieures, toutes les personnes présentes seraient condamnées à mort.

De temps à autre, les Gardiens s'éloignaient du château pour inspecter les quartiers, ce qui inquiétait Kaaz. Il était arrivé quelques fois qu'ils passent devant la tente et viennent la fouiller.

Il avait, par précaution, fait le guet bien des jours, lorsque personne ne se trouvait dedans afin de les leurrer et de les laisser sur leur faim. Ils s'étaient quelque peu désintéressés tant qu'il n'y avait aucune activité soupçonnable.

Aujourd'hui, les Gardiens avaient décidé de passer à nouveau dans l'allée où se trouvait la tente. Kaaz était un peu nerveux mais feignait si bien l'indifférence à présent. Il aperçut les deux hommes de loin alors qu'ils tournaient dans le chemin boueux. Il ôta son gant noir et plaça sa main droite derrière le dos, tout en se mettant face à eux.

Il utilisa son pouvoir de Dissimulation : une énergie magique, invisible, qui se répandit tout autour de la tente, comme un bouclier. Ce pouvoir permettait d'empêcher les Silarens de sentir la magie dissimulée sous cette membrane d'énergie.

Il comptait bien cacher l'hôte et les invités de la tente. Il maintint cette fine couche d'énergie pendant que les deux hommes passaient devant lui et le dévisageaient.

Kaaz les salua, ils opinèrent discrètement de la tête à leur tour, le connaissant plutôt bien désormais. Du moins, c'est ce qu'ils croyaient.

Ils continuèrent leur chemin, ne voyant et ne ressentant rien qui pourrait les mettre en alerte. C'était l'un des deux pouvoirs de sa mère, un pouvoir plutôt rare et fort envié.

Kaaz maintint son bouclier quelques instants, il était plus sûr d'attendre qu'ils soient loin. Définir à quelle distance l'énergie magique pouvait être perçue ou non par autrui était difficile. Tout dépendait de l'intensité de ses propres pouvoirs et de celle des autres. Néanmoins, ces deux Gardiens n'étaient pas si puissants. De plus, l'un ne possédait que la Mobilité, et l'autre l'Inflammation, des pouvoirs bien répandus.

Les deux hommes suffisamment éloignés, Kaaz cessa d'émettre sa Dissimulation. Apparemment, il n'y avait plus personne à attendre. Les invités savaient que s'ils ne le voyaient pas devant l'entrée, il fallait faire demi-tour. Il souleva la première portière de la tente, puis la deuxième, plus lourde, plus épaisse, pour rentrer à l'intérieur.

Se trouvaient là une dizaine d'enfants et de jeunes adultes assis au sol, sur des tapis, ainsi que quelques parents. Le sifflement du vent et la tombée abrupte des gouttes de pluie parcouraient le dessus de la toile. Malgré ces conditions incommodes, les invités se tenaient tous face à une table et une escabelle inoccupées. Ils attendaient patiemment après quelqu'un.

Un petit garçon brun à la peau cuivrée, Cil, s'approcha de Kaaz :

« Quand je serai grand, j'espère être aussi puissant que toi ! s'exclama-t-il.

Kaaz sourit, ce qui lui arrivait rarement. De sa main droite, il ébouriffa les cheveux du garçon.

— Je l'espère aussi. »

L'homme qu'ils espéraient tous sortit de la pièce du fond, et posa ses manuscrits sur la table. Cil reprit place parmi les autres enfants.

Cet homme se nommait Cyr Belgran, il avait une cinquantaine d'années, la peau couleur d'ébène, les cheveux et la barbe blancs. La couleur rouille de ses yeux illuminait son visage et y apportait de la douceur bien qu'il avait déjà un air bienveillant. Il se tenait face à ses écoliers. Il déroula une carte du monde, dessinée par ses soins, et la suspendit.

Il avait retranscrit de mémoire ce qu'il avait vu jadis dans divers ouvrages, avant que ceux-ci ne soient brûlés par le nouveau Chef des Gardiens.

« Bonjour à tous. Aujourd'hui, nous allons étudier la géographie de notre monde et de notre royaume. Pour en revenir à la leçon de la dernière fois, il est important de savoir d'où l'on vient, de connaître son environnement. Vous devez vous aider de ce qui vous entoure, vous n'êtes que de passage, mais la Nature, elle, est là depuis bien longtemps et elle le restera. Peu importent les rois et les reines passés, présents et futurs. Peu importent les peuples. La Nature nous accorde le droit de vivre. Elle nous a donné naissance, a créé des êtres vivants à contempler, nous a apporté de quoi nous nourrir, de quoi nous abriter, nous vêtir et nous soigner »

Il jeta une poignée de poudre, un mélange contenant du crachat de lune et de l'amanite panthère séchés, tout en récitant un sort en langue ancienne :

« Utena beris. »

La poudre tenait en suspension. Apparurent des images : des primevères de toutes les couleurs, blanches, jaunes, mauves et pourpres, en train d'éclore ; un ruisseau serpentant entre des berges recouvertes de premières neiges ; puis le lever du soleil au dessus des vastes plaines de l'est. Les enfants et les parents en étaient émerveillés.

À l'aide d'un bâton, Cyr dissipa cet écran magique. La poudre s'affaissa au sol en un monticule. Il était Iesilaren et pratiquait la magie matérielle. Une magie moins puissante qui avait toutefois d'autres avantages.

« Elle nous offre son appui, ses beautés. C'est à nous de nous comporter comme il se doit envers elle et ses créatures, dont nous-mêmes, humains. Nous avions un roi qui nous considérait et, comme vous le savez, il fut renversé il y a de nombreuses années … »

Dans la salle, tout le monde écoutait avec attention. Cyr était certainement l'homme le plus avisé de la capitale, voire même d'Harcilor.

« Nous sommes désormais soumis à un autre roi, ainsi que son fils, Chef des Gardiens, en plus d'une Garde déloyale. Tous assoiffés de richesses et de sujétion. Nous ne devons jamais oublier ce qu'a été notre royaume durant des générations : un pays juste et libre. »

Les yeux des enfants et des parents brillaient, à la fois par nostalgie de ce passé secrètement gardé, et d'admiration pour cet homme à la volonté si forte.

_____________________________________________________________________________

En vente en formats papier et ebook : http://s-n-lemoing.iggybook.com/fr/powerful/

Tag(s) : #extrait, #texte, #lecture, #écriture, #gratuit, #powerful

Partager cet article

Repost 0